Trois brise-glaces extrêmement dynamiques

Imagine cette situation : il est 14h, les participants viennent de revenir de la pause-déjeuner, ils sont tous affalés sur leur chaise. La plupart commencent à bailler, certains regardent leurs téléphones. Même toi tu sens un peu mou, les paupières lourdes…

Comme dirait Taylor Swift, il est temps de « shake it off » !

Dans ce genre de situations, il faut faire bouger les choses… plus précisément les gens. Il faut que les gens sortent de leur torpeur et ta mission, si tu l’acceptes Super Animateur, est de transformer ces zombies en piles électriques avides d’apprentissage, motivés et dynamiques !

Pour relever ta mission, je mets à ta disposition trois brise-glaces (ou energeizers) qui vont faire bouger les corps, réveiller les cerveaux et provoquer quelques vagues de fou rires.

Quels critères ?

Il y a plusieurs questions à se poser avant de choisir un brise-glace. Mais ici, pas le temps, le brise-glace qu’on va choisir doit immédiatement répondre aux critères suivants :

  • oblige les participants à être debout et à se déplacer dans l’espace ;
  • fais appel aux réflexes et à la coordination pour réveiller également les esprits;
  • peut se pratiquer aussi bien en intérieur qu’en extérieur ;
  • s’exécute assez rapidement (entre 5 et 10 minutes) ;
  • provoque des situations drôles et inattendues.

Brise-glace 1 : tremblement de terre

Répartir les participants (au hasard) en des groupes de trois

Si ils sont un multiple de 3, tu seras obligé de jouer avec eux, sinon, ça veut dire qu’il y’a une ou deux personnes qui seront en plus et c’est tant mieux.

Chaque trinôme crée une maison en suivant les instructions suivantes :

  • Deux personnes se mettent face à face et leurs mains se rejoignent en formant deux diagonales, comme la toiture d’une maison,
  •  La troisième personne se met à l’intérieur de cette maison, debout donc entre les deux pairs de mains.

Les personnes exclues (sans maison) sont les appelants. Ils peuvent, aux choix, crier :

  •  » Maison ! » : toutes les maisons doivent alors se défaire et reconstituer de nouvelles maisons puis trouver un habitant,
  •  » Habitant ! » : tous les habitants doivent changer de maison,
  • « Tremblement de terre ! » : tout doit changer, les habitants deviennent des maisons et les maisons deviennent des habitants (c’est pas cohérent et c’est tant mieux !)

La ou les personnes qui, à l’issue du chaos, ne sont pas à trois dans une configuration « maison + habitant » deviennent les appelants, et ainsi de suite.

Arrêter le jeu lorsqu’on s’est bien amusés 😀



Brise-glace 2 : nous sommes venus à deux

Les participants se mettent en cercle. Quelqu’un commence par dire « Je suis venu seul » et il fait un squat.

Attention ! Il ne s’agit pas d’une salle de gym, il faut inciter les participants à faire un petit geste d’accroupissement symbolique. On ne veut pas provoquer des tendinites…

Tout de suite après, les deux personnes qui le suivent dans le sens horaire, doivent faire simultanément un « squat » en disant « Nous sommes venus à deux ».

Les trois personnes qui les suivent font pareil en disant « Nous sommes venus à trois »

Et on reboucle : la personne suivante revient à « Je suis venu seul »

Et ainsi de suite : un, puis 2, puis 3, puis à nouveau 1…etc.

Si le groupe de participants est très nombreux (plus de 15 personnes), il faut pousser jusqu’à « Nous sommes venus à quatre »

Le jeu peut être animé de deux manières :

  1. Compétitive : dés qu’une personne se trompe, elle est éliminée du cercle et la personne suivante reprend à 1
  2. Coopérative : à chaque fois qu’on se trompe on reprend à 1 et l’objectif est de faire trois cycles sans se tromper

Brise-glace 3 : familles recomposées

Ce jeu nécessite de la préparation.

Il faudra prévoir des petits bouts de papier dans lesquels tu écris, par groupe de 4, des prénoms qui s’apparentent à une même famille.

Exemples :

  • Claude, Claudette, Claudo et Claudine,
  • Bernard, Bernadette, Bernardo, Bernadine,
  • Messaoud, Messaouda, Said, Souad,
  • Charle, Charlotte, Charlie, Charlene

Il faut faire exprès d’inventer des prénoms tordus qui n’existent pas forcément, ça ajoute de l’humour au jeu.

Prévoir un nombre de papiers qui dépasse le nombre de participants (si vous avez 13 participants, il faut 16 papiers donc 4 familles).

Il faut désigner un espace de la salle bien délimité (avec quatre chaises par exemples) qu’on va appeler « Maison »

Phase 1 : les participants piochent au hasard un bout de papier et le gardent chez eux sans l’ouvrir

Phase 2 : les participants déambulent en toute liberté dans la salle

Phase 3 : l’animateur dit « REUNION », les participants doivent alors ouvrir leurs papiers, découvrir leur prénom, puis chercher les autres membres de leur famille

Phase 4 : une fois qu’une famille est réunie, elle doit vite rejoindre la maison. La première famille à le faire remporte la manche

C’est un jeu ou les participants vont devoir tous crier en même temps pour chercher les membres de leur famille, c’est ce qui donne de l’énergie et crée des situations imprévues, comme une famille incomplète ou un participant dans la mauvaise famille.


 

Energise-toi !

L’une des choses que j’aime faire quand je suis animateur, c’est de prendre part aux brise-glaces. Déjà, parce que j’aime ça et que ça fait du bien, mais aussi, parce que ça renforce l’intégration au groupe. Un animateur est plus crédible lorsqu’il participe lui-même aux activités qu’il propose.

Dans la situation que je décris plus haut, où les gens sont fatigués et à moitié endormis, tu dois l’être toi aussi et le fait de prendre part aux jeux est aussi une manière de te donner un bon coup de boost !

Leave a Reply

Your email address will not be published.