Trois brise-glaces à zéro matériel

Imagine cette situation : tu es sur le point d’animer une rencontre, tu as déjà ton programme et toutes tes fiches sont prêtes. Mais juste avant le top départ, quelqu’un s’approche de toi : « monsieur le super animateur, les gens sont un peu sur le qui-vive… est-ce que vous pourriez faire un petit brise-glace pour détendre l’atmosphère ? »

Il se pourrait même que ce soit toi qui constates cette ambiance tendue. Ou alors, après 2 heures de formation, tu constates que les gens commencent à se dissiper et qu’ils ont besoin d’un petit coup d’énergie.

Bref, il existe de nombreuses situations où on doit faire appel à des brise-glaces très rapidement.

Dans ces moments là, tu dois avoir « à portée de main », quelques exercices qui ne nécessitent aucun matériel.

Quels critères ?

Il y a plusieurs questions à se poser avant de choisir un brise-glace. Mais ici, pas le temps, le brise-glace qu’on va choisir doit immédiatement répondre aux critères suivants :

  • ne nécessite aucun temps de préparation ;
  • peut se pratiquer aussi bien en intérieur qu’en extérieur ;
  • s’exécute assez rapidement (entre 5 et 10 minutes) ;
  • zéro risque de créer des situations gênantes

Brise-glace 1 : par ordre

Répartir les participants (au hasard) en deux ou trois groupes égaux.

Chaque groupe se met (au hasard) en file indienne

Tu annonces alors un critère, par exemple « taille » ; les participants doivent se mettre dans l’ordre, du plus petit au plus grand, en fonction du critère annoncé.

On va éviter tout ce qui est « poids » et « âge » et imaginer des critères amusants et surprenants :

  • Le mois de naissance ;
  • Ordre alphabétique des noms, prénoms… ;
  • Moyenne du bac ;

Le premier groupe à se mettre en ordre remporte un point.

On fait 3 à 4 sessions et le tour est joué !

Note : cet exercice peut aussi être utilisé, plus calmement et de manière plus structurée, comme activité sur la communication et la dynamique de groupe.



Brise-glace 2 : bang-bang

Les participants se mettent en cercle dans des postures de cowboy. L’animateur commence :

  • Il appelle un prénom au hasard ;
  • La personne appelée doit rapidement se baisser ;
  • Dès qu’une personne s’est baissée, elle crée du vide entre ces deux voisins qui doivent, rapidement, tirer en criant « Bang » ;
  • Le plus rapide des deux à tirer sur l’autre a gagné, l’autre est éliminé du cercle

Si la personne appelée n’a pas le réflexe de se baisser, elle est prise dans les tirs de ses deux voisins et c’est donc elle qui est éliminée.

Si les deux voisins tirent en même temps, il y a égalité et aucun des deux n’est éliminé ; le jeu continue.

La personne éliminée devient l’appelant et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’il n’en reste que deux. Ce sont les vainqueurs du jeu.

Note : certains animateurs (dont moi-même), trouvent cet exercice violent. Rien n’empêche alors de transformer « bang-bang » en « kiss-kiss », et donc de remplacer les tirs de cowboys par des envois de bisous.

Brise-glace 3 : par nombre

Les participants se déplacent librement dans l’espace de travail, ils marchent et s’amusent. À tout moment, l’animateur annonce un chiffre de 2 à 5.

Les participants doivent alors, rapidement, créer des sous-groupes de la taille du chiffre annoncé.

Certaines brebis galeuses ne se trouvent dans aucun groupe et son donc éliminées.

Continuer jusqu’à ce qu’il n’y ait que 2 vainqueurs.

Note : ce brise-glace peu aussi être utilisé comme générateur aléatoire de sous-groupes. Dans ce cas là, pas d’élimination ; une fois que le temps alloué écoulé, ajoute un dernier appel qui correspond à la taille des sous-groupes que tu veux créer.

Note : deux twists sont possibles pour créer de la surprise dans ce jeu. Premièrement, crier « UN » au moment où les participants s’y attendent le moins. Ou alors crier le nombre exact des participants qui sont encore en jeu.

Amuse-toi !

L’une des choses que j’aime faire quand je suis animateur, c’est de prendre part aux brise-glaces. Déjà, parce que j’aime ça et que ça fait du bien, mais aussi, parce que ça renforce l’intégration au groupe. Un animateur est plus crédible lorsqu’il participe lui-même aux activités qu’il propose.

Dans la situation décrite plus haut, où on est contraints par les circonstances de faire appel à un brise-glace, l’occasion est aussi pour toi super animateur, de sortir de ce moment de stress et de communiquer une image décontractée.

Leave a Reply

Your email address will not be published.