Fiche pratique : le tour de table, pourquoi, quand et comment ? (partie 2/2)

Previously on Super Animateur…

Dans un article précédent, je te parlais du tour de table, de son emploi et des moments où il serait le plus utile.

Aujourd’hui, je vais partager avec toi quelques règles d’usage, conseils et techniques pour optimiser l’utilisation de cette technique.

N’oublie pas que l’intégralité de ces deux articles est synthétisée dans une fiche pratique que tu peux télécharger sur ce lien.

Petit rappel ?

Il s’agit simplement de donner la parole de manière successive à l’ensemble des participants d’une activité. Il s’appelle ainsi, car de manière classique, les participants sont assis autour d’une table. On commence donc par une personne et ensuite on « tourne », donnant à chaque fois la parole à la personne suivante.

Les règles d’un tour de table

Pour un tour de table réussi, il faut annoncer clairement quelques règles de bases et qui sont les suivantes.

Tout le monde doit s’exprimer

Par définition, le tour de table a pour but de donner la parole à chacun. Le fait que la prise de parole soit successive garantit à chaque participant-e d’avoir son petit moment de gloire. Mais…

Tout le monde n’est pas obligé de s’exprimer

En effet, si le concept même du tour de table est que chacun aura son moment, on reste dans une démarche participative et donc, non obligatoire. Il faut considérer un « je passe » comme une prise de parole en soi. Donc si le tour de quelqu’un arrive et qu’il/elle dise « je n’ai rien à dire », c’est aussi son droit et il faut que ce soit clair pour tout le monde. Beaucoup d’animateurs font l’erreur de jouer sur l’obligation, créant des situations gênantes.

Variante : parfois, la personne n’est pas prête à s’exprimer tout de suite. ça ne coûte rien donc de dire « est-ce que vous serez plus à l’aise plus tard ? ». Ainsi, le tour de table peut continuer, jusqu’au moment où ladite personne va d’elle-même demander la parole. Teste, ça marche !

Il y a différentes façons de définir un ordre

Voici en vrac, les différentes manière de définir l’ordre dans lequel vont s’exprimer les présent-es :

  • Littéralement en tour de table, on commence par la personne à gauche de l’animateur et on va dans le sens horaire ;
  • Soyons fou ! On commence par la personne à droite et on va à contre-sens horaire ;
  • Une personne se porte volontaire, elle devient le point de départ et on continue dans le sens horaire ;
  • Les participant-es se « lancent » au feeling, dès que quelqu’un termine, la personne qui se sent prête prend la parole (petits moments de silence à prévoir, mais si une dynamique de groupe est déjà installée, ça devrait aller) ;
  • La personne qui finit de s’exprimer désigne la personne suivante (ajoute un petit côté sympathique). Petite astuce : il y a forcément une personne qui sera choisie à la toute fin, ce qui peut provoquer un petit pincement. Pense à valoriser cette personne avec par exemple « allez, le meilleur pour la fin ! » ou « quelle chance d’être celui/celle qui clôt ! » ;
  • Ordre alphabétique des noms ou prénoms (j’espère que tu as un assistant ?) ;
  • L’animateur désigne en se basant sur l’observation du langage du corps. Dés que tu vois qu’une personne semble « prête » à se lancer, tu la sélectionnes.

L’important est de respecter l’ordre

En effet, si une règle est annoncée pour déterminer l’ordre de passage, il est important de la respecter et de la faire respecter. Le début d’un tour de table est un pacte avec les trois notions simples qu’on a décrites plus haut. Tu vas t’exprimer, tu n’es pas obligé, tu sais à quel moment tu vas prendre la parole.

Déroger à cette troisième règle crée souvent des frustrations ou des situations de blocage. Nous avons tous le trac à l’idée de s’exprimer en public avec le projecteur braqué sur nous. Si on est pris au dépourvu, ou si on nous « vole la vedette » alors qu’on s’apprêtait à se lancer, on se sent forcément mal.

Ça serait dommage de livrer une excellente prestation pour louper la sortie avec un tour de table de clôture où l’on a vexé une personne ou deux.

Donc sois ferme dans le respect de l’ordre et surtout, de la règle de succession.

La prise de parole est équitable

Si on pose une limite de temps, elle doit être la même pour tout le monde. Il faut l’annoncer dès le départ.

Les pièges à éviter

  • Les « dernieristes »  (oui, oui! Je peux inventer des mots: ne suis-je pas un Super Animateur?) Il y aura toujours un petit malin pour dire « je préfère parler en dernier ». Il faut alors invoquer la règle « il est important de respecter l’ordre ». Garantir le respect de l’ordre permet une fluidité du tour de table. Attention ! Il faut faire la distinction entre le petit malin et le tout timide qui a vraiment du mal à s’exprimer pour le moment ;
  • Les monologues interminables : ça va surement plomber l’ambiance. Si une limite de temps n’est pas posée, précise quand même qu’il faut rester raisonnable. Une astuce serait de poser une limite sur la durée du tour de table dans sa globalité et laisser le groupe s’auto-gérer ;
  • Les hors sujets : il ne s’agit pas d’une tribune de libre expression, l’objet du tour de table est clairement défini. Si un participant déraille et commence à raconter sa vie, il ne faut pas hésiter à l’interrompre pour rappeler de « rester dans le sujet » ;
  • Les relances de débat : si c’est un tour de table de clôture, ce n’est surement pas le moment de revenir sur un sujet de discussion compliqué. À la limite, si quelqu’un souhaite exprimer une frustration, c’est possible. Mais il ne faut surtout pas laisser se relancer un débat car ce n’est pas le but d’un tour de table ;
  • Les ping-pong : de manière assez insidieuse, il peut se déclencher un micro échange entre deux participants. Comme nous ne sommes pas des tyrans, nous allons laisser éventuellement quelqu’un ponctuer une intervention avec un petit commentaire drôle, l’intervenant va réagir, l’autre va surenchérir et HOP ! On n’est plus dans un tour de table mais dans un va-et-vient entre deux participants… ;
  • No feedback on the feedback : préciser qu’il ne faut pas réagir sur ce qui a été dit avant. Chacun exprime son avis à tour de rôle et les personnes qui interviennent au début ne pourront pas reprendre la parole. Si les participants s’amusent à dire « je ne suis pas d’accord avec untel »… Untel va brûler d’envier de se justifier et HOP! Ping-pong all over again ! Et même si pas de ping pong, frustration quand-même, donc tour de table raté.

Pour conclure

Un tour de table réussi doit disposer de règles clairement énoncées. Il se fait avec fluidité et convivialité. Même si le concept semble simplisme, beaucoup de finesse et de psychologie se cache derrière cet exercice, qu’on maîtrise avec la pratique.

Pour retrouver, en synthèse, l’ensemble des éléments de ces deux articles, je t’invite à télécharger cette fiche pratique détaillée, qui contient en plus de nombreux twists et variantes.

Et pour être dans la maîtrise et dans l’éclate, équipe-toi des 10 Supers Pouvoirs du Super Animateur, disponibles dans cet eBook gratuit, pour que tous tes tours de tables soient des victoires retentissantes !



Tagged under:

Leave a Reply

Your email address will not be published.