Fiche pratique : le tour de table, pourquoi, quand et comment ? (partie 1/2)

Au début comme à la fin, le tour de table permet de donner la parole à tout le monde. C’est une technique d’animation assez simple en apparence, mais qui recèle une complexité profonde. Il y a tellement à dire dessus, que j’ai préféré découper cet article en deux parties.

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec toi cette fiche pratique sur l’animation d’un tour de table. Mais d’abord, voyons ensemble ce qu’est cet outil, quand est-ce qu’il faut l’utiliser et surtout, comment ?

Le tour de table, c’est quoi ?

Il s’agit simplement de donner la parole de manière successive à l’ensemble des participants d’une activité. Il s’appelle ainsi, car de manière classique, les participants sont assis autour d’une table. On commence donc par une personne et ensuite on « tourne », donnant à chaque fois la parole à la personne suivante.

Mais il peut très bien se faire debout, en cercle. Comme il peut se faire sans forcément respecter un ordre prédéfini ni même en cercle. L’important est que, si on dit « on fait un tour de table », tout le monde devra avoir son petit moment de gloire ; même si c’est pour dire « je n’ai rien à ajouter » ou « je passe ».

Et ça sert à quoi ?

Maintenant qu’on défini le tour de table, voyons un peu son intérêt pratique. Déjà, dans la définition on voit un intérêt évident.

Tout le monde peut s’exprimer

En effet, c’est peut être le seul moment d’une activité (formation, réunion, débat…) ou tout le monde a droit à la parole. Dans tout débat ou échange, les participants se classent toujours en trois catégories : les leaders d’opinion (gros parleurs), les moyens calibres (interviennent ponctuellement) et les observateurs (pour des raisons volontaires ou non, ils préfèrent se taire). Mais lorsqu’on met en place un système de prise de parole comme le tour de table, on va garantir réellement d’écouter tout le monde.

Et puisqu’on parle des observateurs, ça amène au second intérêt du tour de table.

Y compris les timides, discrets et autres réservés

Le fait de donner la parole à tout le monde, « force » en quelque sorte les petits timides à sortir de leur mutisme et à s’exprimer. C’est un « forcing » positif et bénéfique puisqu’il est cadré. Il ne s’agit pas de pointer du doigt quelqu’un et de lui dire « Eho ! l’introverti ! Tu vas parler, ouais ? ». Il s’agit juste de créer un système où chacun sait que son tour va arriver et qu’il va pouvoir dire ce qu’il n’a pas pu, ou voulu, dire depuis le début.

Ce qui m’amène justement au point suivant, car le tour de table permet aussi de bien préparer cette prise de parole des personnes effacées.

De manière cadrée et constructive

Si on prend le modèle de base qui consiste à faire parler un premier volontaire puis progresser dans le sens des aiguilles d’une montre, il y a tout de suite quelque chose d’évident qui est annoncé : chacun sait EXACTEMENT à quel moment il va intervenir. C’est pas une interro surprise où on va désigner au hasard. Chaque personne sait que son tour va arriver, ça lui donne le temps de bien ruminer son discours dans sa tête et de se préparer. ça donne aussi aux personnes qui ont de réelles difficultés de prise de parole en public, de se préparer psychologiquement aussi.

De plus, comme chaque personne a un temps de parole défini, la discussion est fluide et la parole passe automatiquement d’une personne à l’autre, de manière cadrée et constructive.

À quel moment utiliser cette technique ?

Depuis le début de cet article, je parle du tour de table comme s’il arrive « à la fin » d’une activité. Pas forcément !

Le tour de table est classiquement utilisé à deux moments forts… tu l’aurais deviné : le tout début et la toute fin.

Pour commencer

Au tout début, il peut simplement servir à :

  • Se présenter ;
  • Exprimer ses attentes ;
  • Donner son avis sur le programme ;
  • Tout à la fois !

Il est intéressant d’ouvrir avec un tour de table. Mais pour ma part, quitte à consacrer du temps aux présentations, je préfère de loin un véritable exercice d’inter-connaissance ou de collecte des besoins et attentes.

Pour finir

Je fais plutôt appel au tour de table à la fin. À ce moment là, il permet aux participant-es de :

  • Donner leur avis sur la formation, la réunion, le débat, la sortie… ;
  • Exprimer un ressenti qu’ils n’ont pas eu l’occasion de verbaliser ;
  • Exprimer leur gratitude ou leur reconnaissance envers groupe.

C’est un véritable moment d’échange qui permet de consolider les liens qui ont été créés. Pour un groupe qui a passé ensemble plusieurs jours, le tour de table de fin, peut carrément devenir une séquence « émotion » et c’est tant mieux !

Mais aussi au milieu

Rien n’empêche de faire appel au tour de table à n’importe quel moment si l’on juge cela pertinent. Voici quelques situations où il pourrait s’avérer pratique et utile :

  • A mi-parcours d’une activité qui dure plusieurs jours, afin de sonder la température générale et voir ce qu’il faut améliorer pour la suite ;
  • Pour déminer une situation de blocage, face à un groupe où il y a un malaise. Il suffit parfois de laisser tout le monde s’exprimer sur le sujet pour que ça aille déjà mieux ;
  • Pour prendre une décision rapide sur un changement de programme. Chacun dit sa préférence (pour, contre, peu importe… ou alors option 1, option 2, option 3…) et on amène à un consensus …

Ainsi que plein d’autres applications. Il suffit de connaître la mécanique du tour de table pour être capable de bien l’employer au bon moment.

Pour résumer

Le tour de table permet à tout le monde de s’exprimer, y compris les timides et les réservés, dans une ambiance cadrée et structurée. Il peut être utilisé au début pour la préparation d’un atelier, ou plus tard pour le réorienter, mais c’est surtout à la fin qu’il est utile car il améliore la qualité de l’évaluation et de la clôture.

Encore, faut-il bien le manier et savoir le gérer. Je t’invite pour cela à consulter la 2ème partie de cet article qui détaille le contenu de la fiche pratique.

Tagged under:

Leave a Reply

Your email address will not be published.