Technique de Delphes: amener 32 personnes à prendre une décision en 32 minutes

32 personnes/32 minutes ! À la fin, ils devront sortir avec UNE seule décision ! Non, je n’essaie pas de vous pitcher mon futur projet de télé-réalité. Je veux juste partager avec vous un outil d’animation très simple et tellement efficace dit « technique Delphes ».

Imaginez ce scénario : vous avez un grand groupe, une décision importante à prendre, un choix à faire ou une question à trancher, mais pas assez de temps. Un tour de table prendrait une éternité et ne ferait en rien avancer les choses puisque chacun dira une chose et son contraire. Un débat ouvert serait compliqué à gérer vu la sensibilité de la question. Que faire, que faire…?

C’est dans ces moments là que je remercie monsieur Delphes d’avoir inventé cette méthode (honnêtement, je n’ai aucune idée de qui c’est, mais si ça s’appelle la technique de Delphes, c’est que c’est lui qui l’a inventée, non ? À moins que Delphes ne soit une île de l’Adriatique où les tribus utilisaient cette méthode pour prendre des décisions ?) Les « djeuns » l’appellent « Boule de neige ». (c’est l’effet Reine des Neiges).

 

C’est quoi cette technique ?

Le principe est simple, on forme des paires de participants en accordant une minute à chacun pour tenter de convaincre l’autre, puis deux minutes pour prendre une décision à deux. Soit 4 minutes au total.

Ensuite, on combine deux binômes, qui dorénavant dialogueront deux à deux, sur le même sujet. Une minute sera accordée à chaque binôme pour présenter son point de vue, puis trois minutes pour débattre et décider. Les 4 doivent sortir avec un seul choix, puis élire un délégué.

Tu devines la suite? On met quatre personnes face à quatre autres. Le délégué de chaque groupe a une minute pour présenter la conclusion de son groupe, puis 4 minutes de débat pour arriver à une conclusion commune, suivie de la désignation d’un nouveau délégué.

En fait, on augmente à chaque fois le temps de débat d’une minute, car bien que les délégués soient principalement ceux qui parlent, le débat ainsi que la désignation du délégué risquent de prendre du temps vue le large choix de condidats.

On arrive ainsi à 16 face à 16, pour 2 minutes de présentation et 6 minutes d’échange.

 

Intéressant… et ça donne quoi au final ?

Je ne sais pas si c’est la méthode qui est infaillible ou si c’est un coup de chance, mais à chaque fois que j’anime cet exercice, le 16 face à 16 se termine en moins de 2 minutes. Pourquoi ? Parce que les deux groupes de 16 arrivent à la même conclusion! Lorsque les deux délégués présentent les résultats de leurs travaux, tout le monde éclate de rire en se disant « on est tous d’accord en fait » Hop! On valide et on passe à autre chose.

Ce phénomène, m’a permis à travers l’expérience d’arriver à la conclusion suivante : les groupes sont en général toujours d’accord sur le fonds. Mais chacun exprime différemment son point de vue. Nous avons tendance à se focaliser sur « la forme » et donc on voit les divergences avant les points de convergence.

Un ami à moi qui a utilisé la même méthode, est arrivé à un résultat différent, mais tout aussi concluant. Lorsqu’il est arrivé au 16 + 16, les deux groupes avaient des conclusions radicalement différentes. Après la présentation de l’argumentaire des deux délégués, l’un des deux groupes a tout de suite admis que l’autre avait raison. Pourquoi ? Parce que ; et là je cite l’ami en question : « un argumentaire construit par 16 personnes a beaucoup plus de poids. S’il cite au moins une bonne raison à laquelle l’autre groupe n’avait pas pensé, la conviction est immédiate. Car après tout, l’ensemble du groupe cherche l’intérêt collectif et non pas à remporter un débat ».

 

SUPER intéressant ! Comment je peux l’utiliser ?

La technique de Delphes peut être utilisée avec tout groupe dont le nombre se prête à l’exercice, mais idéalement avec 8, 16 ou 32 personnes. Moins que 8 il n’en vaut pas la peine (on peut très bien débattre collégialement à huit si c’est bien animé) et plus que 32 ça risque de devenir assez ingérable.

Il peut être utilisé dans les cas suivants :

  • Une décision de type « on accepte ou pas ? ». La consigne de départ serait « citez une seule raison décisive pour laquelle on devrait accepter ou non » ;
  • Le choix d’un cours d’action parmi plusieurs options. La question de départ serait « parmi ces trois ou quatre options, quelle est la plus pertinente et pourquoi ? » ;
  • La création d’un nouveau projet ou d’une nouvelle idée. Le postulat de départ serait « faites une proposition, puis confrontez-là aux autres, sélectionnez toujours la meilleure, ou trouvez le moyen de combiner les deux » .

Parfois, l’exercice en lui-même n’est pas entièrement concluant, mais il permet au moins de « déblayer le terrain » pour asseoir entre les participants un débat plus serein, basé sur des arguments dûment discutés et réfléchis.

 

J’en veux plus !

ça va, ça va… calme toi ! Si tu souhaites expérimenter cette méthode, je t’invite à télécharger cette fiche pratique qui décrit les différentes étapes de l’exercice.

Et pour bien la gérer, équipe-toi des meilleures compétences d’animateur ! Télécharge mon eBook gratuit sur les Super Pouvoirs de l’animateur.



Tagged under:

4 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.