4 raisons pour commencer avec des brise-glaces

Les brises-glaces, tu connais ? Ce sont ces petits jeux ou exercices qui permettent de… heu… briser la glace ? Autrement dit, détendre l’atmosphère, dissiper la tension et surtout évacuer ce sentiment de malaise qui accompagne le début de chaque rencontre d’un groupe.

J’ai encore aujourd’hui le souvenir de la première fois où j’ai pris part à un brise-glace. C’était lors d’une formation sur les droits de l’enfant. Au tout début, l’animateur nous a demandé de nous mettre en binôme (chacun avec la personne à côté, donc au hasard) puis que chacun présente l’autre , en racontant les trois choses les plus intéressantes à son sujet. J’étais fasciné par l’exercice! À l’époque, je n’étais pas à l’aise à l’idée de parler en public ; j’appréhendais le tour de table du début, là où je devais me présenter aux autres. Mais en nous proposant cet exercice, l’animateur avait complètement déminé cela. Déjà, j’ai eu un moment seul à seul avec une participante que je n’avais jamais connue avant ; le simple le fait de discuter avec elle a suffit à me mettre à l’aise et à complètement oublier le stress du début. Ensuite, lorsque j’ai pris la parole, ce n’était pas pour parler de moi, mais d’une autre personne, donc je n’ai eu aucun souci à le faire. Rien de plus normal, puisqu’il n y avait pas d’enjeu pour moi, si ce n’est de rendre justice à la personnalité de ma voisine ; ce que j’ai fait avec brio d’ailleurs.

C’est ça la force des brise-glaces, lorsqu’ils sont utilisés avec intelligence et justesse, ils permettent de prendre un raccourci fulgurant en te donnant la possibilité de faire, en 5 à 10 minutes, voir moins, ce qui aurait pu te prendre une à deux heures en temps normal. Les brise-glaces permettent de :

  • Détendre l’atmosphère

T’es tu déjà retrouvé dans une réunion, rencontre, formation…, en ayant ce sentiment de gêne au tout début ? Vécu ces moments où les gens se regardent, ou plutôt fuient les regards, sans savoir s’il faut prendre la parole ou pas ? Très souvent, un groupe qui ne se connait pas (ou même un groupe de gens qui se connaissent), lorsqu’il est placé dans un cadre formel, a tendance à se crisper, à créer des attentes, à projeter des peurs… donc le fait de commencer avec une petite activité sympathique (et souvent surprenante), prend à contre-pied tout le monde et va tout de suite faire sourire les participants et déstresser les plus angoissés.

  • Rapprocher les participants

Un brise-glace de par sa nature favorise l’interaction et va donc inciter les gens à sortir de leur zone de confort pour aller les uns vers les autres. Que ce soit un simple exercice de présentation (demander aux participants de raconter trois choses sur eux, dont une est fausse et demander aux autres de deviner laquelle) ou un jeu plus complexe (jeu du facteur, tremblement de terre…), les participants vont devoir communiquer, entrer en contact, être curieux de l’autre… et le cadre « bon enfant » du brise-glace fait baisser les gardes et amène les gens à vivre l’exercice comme une partie de plaisir et non comme une corvée ou un supplice

  • Evacuer le trac

Et là, je parle de toi jeune super animateur ! Le brise glace c’est aussi pour briser la glace entre toi et le groupe. Au début de chaque activité, tu as le trac, comme moi, comme nous tous. Tu es un peu inquiet, voir stressé, tu ne sais pas si tout va bien se passer, tu as les regards braqués sur toi, face à des gens que tu ne connais probablement pas. Quoi de mieux alors que de se jeter dans le bain du jeu et de la convivialité pour être plus à l’aise, mais aussi pour communiquer d’emblée une image positive sur toi-même. En ouvrant ta séance avec un brise-glace, ton message est « avec moi, vous allez être à l’aise, on va beaucoup apprendre, mais on va aussi beaucoup s’amuser et y’aura une excellente ambiance ! » C’est pas beau ça ?

  • Introduire le sujet

Si tu as le luxe, en plus, de choisir un brise-glace en lien avec la thématique de ton atelier, alors c’est jackpot ! Je me rappelle une fois j’ai animé une formation sur « le leadership », j’ai alors proposé un exercice classique en ouverture « 30 secondes de gloire » et qui consiste à demander aux participants de faire, à tour de rôle, un discours de 30 secondes en étant absolument qui ils ont envie d’être, sauf eux-même… beaucoup de personnages défilent, de Marilyn Monroe à Che Guevara en passant par le SDF du coin ou de la dernière sensation sur les réseaux sociaux. A la fin de l’exercice, qui était fort amusant et qui a bien détendu l’atmosphère, j’ai fait le lien avec la thématique du « leadership » en expliquant qu’un leader devrait être capable de faire bonne impression très rapidement (30 secondes) et j’ai commencé mon atelier de suite.

Je ne citerais jamais assez les bienfaits des brise-glace, mais je ne mettrais jamais aussi en garde contre les dangers de leurs « abus ». Ils peuvent être un outil puissant et efficace, mais utilisés à tort et à travers, ils peuvent se retourner contre toi, donc rappelle toi jeune super animateur : à utiliser avec modération.

Je t’expliquerais, dans un autre article, comment bien choisir ton brise-glace et les moments judicieux ou tu pourras les utiliser, car oui, ils ne servent pas uniquement à l’ouverture d’un atelier, mais ça, c’est une autre aventure !

Tagged under:

2 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.